Ma merveilleuse machine à billes !

Il s’agit d’un projet en bois que j’ai réalisé sur plusieurs années. C’est une sorte de tableau cinétique qui s’anime de manière automatique pendant 3 minutes. La vidéo détaille la plupart des mécanismes utilisés. Pour les détails, lisez la suite !

Les machines inutiles

J’ai toujours été fasciné, et je ne suis pas seul, par ces machines complexes, sophistiquées mais inutiles.

Ces machines ont été rendues célèbres sous différentes formes notamment par un dessinateur américain des années 30 avec les fameuses « Machines de Rube Goldberg », par les Shadoks vers 1970, ou encore plus récemment par de nombreuses publicités (comme Honda) ou par le groupe Ok Go dans ses clips.

 

Un très bel exemple, très travaillé, est la « Do Nothing Machine » :

Les machines à billes

Une autre représentation de ces machines inutiles peut être trouvée dans les « Marble machines » ou « Machines à billes ». Il est possible d’en réaliser avec tout ce qu’on a sous la main : du bois, du métal, du verre, des légos… Ça dépend seulement de nos propres compétences de bricoleur.

 

Le principe est simple : on accompagne, si possible de la manière la plus complexe possible (c’est ça qui est intéressant !), la descente de billes le long d’un parcours en utilisant l’énergie potentielle gravitationnelle et l’énergie cinétique.

Les machines à billes sont un art tant certaines créations sont travaillées. D’ailleurs, on peut même parler de « sculptures cinétiques » pour décrire le principe des machines à billes. Parmi les innombrables vidéos disponibles sur le Net, on peut remarquer par exemple :

Certains voient vraiment grand :

Ben Tardif

 

Toutes ces machines à billes ont un point commun : elles permettent un éternel (et inutile) recommencement du parcours des billes, reproduisant de fait l’emblématique « Mythe de Sisyphe« , héro grec condamné à répéter indéfiniment la même punition : monter un rocher au sommet d’une montagne. Rocher qui dévale sans cesse la pente abrupte…

Donc, ces machines possèdent indéniablement une dimension philosophique très intéressante. Et c’est peut-être par cet aspect là que beaucoup d’entre nous sont fascinés. Quelque part, ces machines résument un peu la vie, qui se perpétue sans cesse mais pour quoi faire ? Dans quel but ?

Je termine ce paragraphe par une petite parenthèse sur une machine à billes très exceptionnelle, magnifique, qui est un contre exemple puisqu’elle a bien un but : produire de la musique !

Wintergatan - Marble Machine

Wintergatan – Marble Machine

Mes sources d’inspiration

Parmi toutes ces machines, certaines m’ont davantage inspiré que d’autres. Les premières m’ayant touché sont les plus simples réalisées à partir de cure-dents ou de bâtonnets de glace. Car au départ, je me suis dit qu’elles étaient à ma portée de bricoleur 😉

Ensuite, une autre version, faisant le tour complet d’une pièce m’a beaucoup intéressé : la « Perimeter Marble Run« . Puis j’ai bien exploré les chaînes des youtubers « denha » et « Always Tinkering » ainsi que la page woodgears.ca

Les productions de « denha » sont vraiment parmi les plus fines et techniques. L’une des plus inspirante est ça « Quad Marble Machine » que se présente sous forme de modules démontables.

Mon projet

Pendant longtemps je me suis contenté d’étudier un maximum de ces machines à billes pour essayer de comprendre comment elles fonctionnent, quels sont les diverses possibilités de mécanismes, les matériaux, etc. Puis je me suis lancé dans la construction d’ un premier modèle pyramidal basé sur des aimants et des billes métalliques chromées le tout animé par un petit moto-réducteur. Ce fut un échec total suivi d’une pause de 5 ans !

Après quelques réflexions et prototypes supplémentaires, je n’ai gardé que l’idée des billes métalliques et j’ai choisi finalement de tenter la construction d’une nouvelle machine à billes ayant les caractéristiques suivantes :

  • Murale.
  • Faite dans le style « cure-dents / piques à brochettes ».
  • Sans moteur : avec un ascenseur  à billes manuel. L’énergie de départ sera apportée par l’utilisateur.
  • Automatique : l’arrivée d’une bille doit permettre le départ de la suivante.
  • Avec des parties mobiles.
  • Avec des parties sonores.
  • Avec plusieurs parcours, au moins 4.

Pourquoi ces particularités ? C’est très subjectif.

Pour la matière j’ai choisi le bois. Je me suis donc procuré un stock de baguettes, de piques à brochettes, de cure-dents, de plaques de balsa et de la colle rapide sans solvant.

Pour la méthode j’ai choisi l’approche « empirique » : je fabrique un mécanisme, je teste, ça ne fonctionne pas, je recommence, ça ne marche pas, je recommence, je réfléchis un peu, je recommence, ça marche !

Autant dire que construire une machine à billes c’est une expérience formidable pour apprendre la patience, la persévérance et la modestie !

Et donc pendant de nombreuses soirées, j’ai monté, démonté, construit, déconstruit, pour un jour arriver enfin à un état final « stable ». Tout en gardant en tête le fameux :

Pourquoi faire simple quand il est si simple de tout compliquer ?

Car c’est la règle avec les machines à billes réussies.

Si j’avais un conseil à donner quand on construit une machine à billes : avant de construire quoi que ce soit, il faut avoir terminé le système d’entrée et de sortie des billes. Très impatient au début je me suis directement lancé dans la construction des parcours. Erreur ! Il m’a fallu presque tout casser pour réussir à avoir un ascenseur et un système automatique de lancement qui fonctionnaient !

Le final

Et donc voici le résultat final, fonctionnel. Cette « Merveilleuse Machine à Billes » fonctionne toute seule pendant 3 minutes. On commence par la charger en énergie potentielle, stockée sous forme de 16 billes métalliques, avec l’aide de l’ascenseur manuel. Puis on appuie sur le petit bouton et on se laisse cueillir par la magie de cette sculpture cinétique complètement inutile mais hypnotisante !

Ma Merveilleuse Machine à Billes

Ma Merveilleuse Machine à Billes

 

Pour terminer, une petite galerie montrant quelques détails de ma Merveilleuse Machine à Billes

Petit merci à mon père pour avoir fabriqué les 2 entonnoirs gravitationnels en bois d’olivier avec son tours à bois.

 

One Comment
  1. EXTRA!!! Quelle ingéniosité! Je vais transmettre à qui de droit, je crois que cela va faire germer des idées… et enflammer des passions!
    Merci d’alimenter nos rêves, David 😉

    Emilie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *