Photographie : instants macabres en rando…

La mort fait partie de la vie : il est très fréquent au détour d’une balade en nature de tomber sur une bête morte. En général, à la vision de l’animal trépassé, le promeneur est soudainement traversé par un brusque mouvement de recul ou d’évitement, voire un cri en ce qui concerne la gente féminine. Mais cette étape de la vie des petites bêtes est un moment fort du grand cycle naturel de la chaîne alimentaire. A part les enfants, en général, la vision étant aussi dégoutante qu’effrayante on ne s’arrête pas sur la dépouille d’un petit animal au milieu du chemin. Pourtant, il serait à chaque fois intéressant de savoir comment et pourquoi ces bêtes se sont éteintes. Mort naturelle ? Prise de risque ? Attaque ? Accident ? Il se peut que le reportage de la fin de leur vie fut passionnant.

 

2 Comments
    • Merci beaucoup pour l’info. En effet cet oiseau a la particularité d’accrocher ces proies sur des plantes épineuses pour les manger tranquillement, d’où ses noms complémentaires de « boucher », « bourreau » ou « écorcheur ». Une (terrible) invention de la nature très pratique ! J’en profite pour donner le lien wikipédia : Pie grièche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *