Aquarium ouvert… 1 an 1/2 après.

Voici quelques nouvelles, 20 mois après la création de mon bac ouvert « low-tech » filtré par les plantes ! Voir cet article.

Tout fonctionne très bien. J’interviens à peu près tous les 3 mois pour :

  • Faire un complément d’eau évaporée, par de l’eau de pluie,
  • Racler un peu les vitres,
  • Retirer quelques dépôts de vase accumulés dans les recoins.

La seule évolution principale est que je limite énormément l’éclairage, voire même je n’allume plus pendant plusieurs jours car ma maison est très lumineuse (comme vous pouvez le voir dans la galerie ci-dessous). L’éclairage est du fait inutile voire même il favorise alors la pousse de minuscules algues vertes.

Cette expérience d’aquarium hors du commun et « simplifié » est donc une réussite.

N’hésitez pas à tenter l’expérience !

Voici les habitants de ce bac low-tech : escargots (dont un néritina), guppy, barbus cerise, otocinclus, tetra cuivre, rasbora maculata et crevettes. Le fait que les guppys mais surtout les crevettes se reproduisent est la preuve que la qualité de l’eau doit être très convenable…

Expérience à suivre donc 😉

 

36 Comments
  1. Pingback: Un aquarium "low-tech" ouvert, filtré par les plantes ! - BlogNature.fr

  2. Très belle réussite.
    Je commence ce weekend l’aménagement d’un 350 L sur ce même principe.
    Je compte prendre uniquement des « créatures » de la Loire et de l’Indre (poissons, crustacés, bivalves…).
    Une chose m’inquiète avec le coté ouvert et en partie aérien: l’évaporation.
    Quel volume apporte-tu en complément ?.
    Cordialement,
    Frédéric

    • Bonne idée, j’ai fait de même au montage de mon bac en important des « créatures » depuis mon bassin de jardin (divers petits crustacés et escargots) et tous mes morceaux de bois et racines proviennent des bords de la Durance.
      Pour l’évaporation dans le contexte de mon aquarium ouvert, je dirais que j’ajoute 10 L d’eau de pluie (qui vient directement de mon récupérateur de jardin connecté à une gouttière) toutes les 3 semaines.

  3. Voici mon bac à poissons rouges avec plantes émergées. Il est au top, j’ai un éclairage par leds pour les plantes émergées et une rampe classique pour le reste car le bac est dans un coin sombre du salon… Tout roule nickel depuis cet été, et les plantes émergées poussent comme des folles !

    • Merci pour le partage. C’est un joli bac en effet ! Je suis très étonné que vous ayez de si belles plantes en présence de poissons rouges qui sont en général assez « destructeurs » pour celles-ci. Ils ont un petit côté herbivore parfois…

      • J’ai tout de même des élodées qu’ils picorent régulièrement mais pour le reste, je suis tranquille, ils n’ont jamais rien déraciné, trop cool mes petits monstres !

    • J’aime les aquariums ouverts, depuis la plantation suspendue d’un petit poquet de papyrus, l’engin est de plus en plus propre, plus d’algues, çà consomme les nitrates, évaporation et papyrus obligent, jusqu’à 2 litres par 24 H, les poissons vivent vieux…

  4. Bonjour superbe aquarium, je suis novice et débute depuis 1 mois dans l’aquariophilie. Je commence même un bassin extérieur. Petite question toute bête : comment nourrissez vous vos poissons ?

    • Je ne les nourri jamais à part quelques flocons en novembre avant les grands froids pour les engraisser. Un bassin extérieur de surface correcte permet largement de fournir la nourriture aux poissons de lui-même.

  5. Bonjour, cet aqua est vraiment magnifique!

    J’aurais une question à propos du terreau aquatique que vous avez utilisé, de quelle marque est-il et est ce que vous utilisez des engrais ou autres? Puis, par rapport à l’évaporation, vous n’avez pas le souci des traces blanches (calcaire) qui se déposent sur les vitres et sont difficiles à enlever?

    Merci encore pour le partage de votre aqua, c’est très enrichissant.

    • Je ne me rappelle pas la marque du terreau et je pense même que l’on peut s’en passer d’après des expériences lues sur le Web. Ce n’est d’ailleurs pas forcément cohérent avec le principe général des bacs low-tech, d’en mettre.
      Un bac comme celui-ci ne se remplit qu’à l’eau de pluie ce qui limite énormément le phénomène de trace blanche. Au pire, dans mon cas, celle-ci s’efface sans frotter.

      • En eau de mer on ne parle pas de low tech mais plutôt de méthode Jaubert ou méthode DSB (« deep sand bed » ou « lit de sable épais »). En fait, ces méthodes sans filtration mécanisées se rapprochent de la méthode Walstad en eau douce.
        Merci pour votre partie de blog consacrée aux à l’élevage des fourmis… Je le parcours à l’instant et j’y apprends beaucoup !

  6. Magnifique. J’adore tout de votre aquarium. J’ai un aquarium 110 litres à installer. Je l’ai arrêté il y a un an, j’avais trop d’algues et les plantes mourraient sans trouver le pourquoi, c’était avec filtre, et produits commerciales. J’espère réussir cette fois en low tech.

    • Bonne idée et bonne chance ! Si jamais des algues ré-apparaissent, essayez simplement de ne plus du tout éclairer votre bac (si votre pièce possède une fenêtre). Moi-même j’ai été étonné de voir que même la lumière peut-être de trop dans un bac low-tech ! Maintenant je n’allume le bac que quelques soirs pour « décorer », le reste du temps, la lumière de la pièce suffit, je n’ai perdu ni plante ni animal depuis plus de 6 mois.

  7. Bonjour ,
    J’ai lu votre reussite sur les bacs low tech est j aurais voulu de vos conseils ^^
    J ai commencé un bac (68litres je pense) au moi de mai dernier. Avec un sol de pouzzolane et de gravier. J ai planté et rajouter des racines des galets. J avais commencé avec des neons (5)et guppy 1 crevette 1 ecrevisse 1 escargot puis un pothos (plante emergee qui pousse bien) ainsi qu une pompe sans filtre pour remuer l eau en surface. Tout etait impecable donc au fur et a mesure j ai rajoutė donc j ai 2 femelle guppy 1 mal 5 neons plein d escargot ( O.o……) 2 petits poissons ( me rappel plus le nom. La crevette est decedee puis j ai un « lécheur de vitre ». Des lentilles d eau… tout est bien ils bougent bien j ai retirer la pompe baissé un peu les heures eclairage ( pas vraiement de fenetre disponible) rajoue d eau du robinet que je laisse dans une bouteille de 8l de volvic ouverte pleine en permanence rajoue 6l environ par 3 semaine je pense et tout a etait fait etape par etape les poissons sont heureux les plantes ne meurent pas mais j ai l apparition de verdure sur les vitres d un coup j ai peur d un debut d algue qu est ce qui ne va pas ?

    • Il me semble que le bac contient trop d’animaux et pas assez de plantes. Du coup, il y a pas mal d’azote dans l’eau qui profite aux algues car tout n’est pas consommé par les plantes.
      Perso :
      1/ j’ajouterais de nombreuses plantes (les Anubias réussissent bien et son très résistantes). Au moins 3 voire 5 pieds.
      2/ j’arrêterais complètement l’éclairage pendant 1 mois (si la pièce possède une fenêtre). Il est même possible de complètement arrêter l’éclairage. C’est ce que je fais depuis presque 1 an.
      3/ je prendrais quelques leçons de français ou au moins je relirais mes messages avant de les poster 😉

      • Je suis désolé pour mon français ^^. Je vais essayer de faire un effort. Il y a eu du changement : J’ai ajouté des plantes (1 anubia nana 1 Chou rouge et 1 lotus rouge). Je n’ai plus de guppy. Ma crevette est décédée aussi et j’ai retrouvé mon écrevisse séchée sous le canapé et j’ai retiré une bonne partie des escargots (invasion). Maintenant en population il me reste toujours mes 5 neons, 2 « inconnus », mon nettoyeur, puis toujours quelques escargots. J’ai ré augmenté l’éclairage par contre à 10h par jour. Pour l’instant rien ne bouge, ma plante de surface est toujours en pleine croissance, celles du bac ont l’air de ‘stagner’, mais pas d’évolution pour les algues. Je complète en eau avec de l’eau du robinet laissée depuis 3 semaines. Peut-être que je vais essayer de récupérer de l’eau de pluie de chez un amis, cela devrait leur apporté quelques nutriments….

        • Ce n’est pas une bonne idée l’eau du robinet dans un bac ouvert. Ce n’est pas le chlore le problème principal, mais le fait que les ions (sels) présents dans l’eau s’accumulent progressivement dans le bac ouvert d’où beaucoup d’eau s’évapore.
          Et à l’inverse, l’eau de pluie est recommandée. Elle est bien plus pure que l’eau du robinet déjà parce qu’elle ne contient pas de chlore mais aussi très peu d’ions.
          Attention, en aucun cas elle ne contient des nutriments ! La « nourriture » des plantes dans le cas des aquariums low-tech est surtout constituée par les déchets produits par les animaux du bac.

  8. Waww, merci pour votre blog. Je suis responsable en aquariophilie et j’avais déjà vu des photos d’aquarium ouvert mais je ne m’étais jamais renseignée sur le sujet.
    Malheureusement, je ne peux pas trop expliquer cela à mes clients, ce serait anti-commercial
    Cependant, j’ai très envie d’essayer ce système à la maison.

    J’ai juste une question concernant le chauffage. J’aurais aimé mettre des crevettes colorées (red fire ou tiger blue) pour donner de la couleur et des mini poissons colorés genre rasbora galaxie, cardinalis, Hyphessobrycon amandae, …

    Je ne suis pas sur que ce soit faisable sans chauffage. Qu’en pensez vous ? Quel est le risque si je mets un chauffage ?

    Merci

    • Low-tech = minimum de matériel. Pendant toute la belle saison je me passe même d’éclairage. Il faut donc raisonner dans l’autre sens : quelles sont les espèces compatibles avec de l’eau à 19-25°C ? (température ambiante à l’intérieur d’une maison). Certains poissons « frileux » ne seront certainement pas adaptés mais beaucoup d’autres le seront.
      Parenthèse, ça me fait plaisir de lire que les aquariums ouverts sont « anti-commerciaux » car en effet, bien souvent, les jardineries sont pleines de conseils qui ne vont que dans le sens d’acheter le maximum de matériel et de produits divers, est c’est un peu normal.
      Ceci-dit on commence à trouver ches Delb… et Jardi… des petits aquariums ouverts avec un espace émergé dans lequel on installe des plantes sur billes d’argile et qui a donc la fonction de filtre. LEs choses changes, peut-être que le low-tech ouvert va devenir le nouveau fleuron commercial…

  9. Bonjour,
    Tout d’abord, Toutes mes félicitations pour ce blog.
    Je souhaitais avoir votre avis. Souvent sur le net on voit des exemples d’aquariums low tech de petits volumes (inférieur à 200L). Après le succès d’un 96L pendant 1 an, moi je me suis lancé dans un 450L avec des scalaires et des cichlidés perroquet. Le bac tourne depuis 6 mois, j’ai testé il y a peu mes nitrates, tout va bien.
    1/ Bref, pensez vous que les gros volumes sont viables sur le long terme en low tech ?
    2/ Pensez vous qu’il y a des poissons à éviter ? (en dehors de ceux qui mangent les plantes)
    3/ Pensez vous qu’il faut éviter les poissons que l’ont dit polueurs (barbus de sumatra, oscar, …) ?
    Merci d’avance de votre retour.

    • Merci.
      1/ On dit qu’en aquariophilie, plus le volume est grand et plus le bac est stable. Je suppose sans l’avoir expérimenté encore que cette règle reste valable pour l’approche « low-tech ».
      2/ Je ne sais pas. J’éviterais également ceux qui sont connus comme étant plutôt fragiles.
      3/ Il faut certainement éviter les poissons à fort métabolisme mais si on parle de petit barbus je ne crois pas non. La méthode low-tech consiste justement à faire en sorte que les plantes se nourrissent des déchets azotés produits par les poissons. A mon avis, de larges possibilités de poissons sont possibles dans la mesure ou les plantes seront très nombreuses et variées.
      Bonne chance !
      p.s., mon prochain projet, un jour, sera de créer un bac low-tech de grand volume autour d’un arbre mort… tout un programme.

  10. Concernant l’eau de pluie j’ai constaté qu’elle fait mourir les poissons quand elle vient du toit et qu’il n’a pas plu depuis longtemps à Toulon. Sans doute écarter celle du début de pluie…

  11. Salut et merci pour ce blog, je vais commencer un bac de 240 litres low tech. J hésite pour mon substrat, je pensais faire mélange terreau, argile, sable, pouzzolanne. Mais je vois que tu as fait plus simple et ça marche bien. Pourrais tu me dire de quoi est composé ton substrat ? Merci et bravo c est magnifique.

  12. bjr
    merci pour votre blog,c’est tres bien fait
    je suis en low teck dans un 300l net
    faut il compenser l’evaporation qu’avec de l’eau de pluie,ou mettre de tps en tps de l’eau du reseau qui est basique et mi dure?
    a quel intervalle mettez vous de l’engrais?
    le rajout de fer n’est il pas nocif pour les crevettes?
    d’avance merci pour vos reponses

    • L’eau qui s’évapore est pure, par principe. Donc il faut compléter avec l’eau la plus pure possible sans quoi progressivement on charge le bac en ions (sels). L’idéal c’est donc l’eau distillée ou osmosée mais la version moins onéreuse que j’utilise c’est bien l’eau de pluie, oui !
      Je ne mets jamais d’engrais : pas compatible avec l’esprit « low-tech ». Ce sont les déchets azotés émis par les poissons qui servent d’engrais.
      Donc pas de Fer non plus.

  13. Bonjour,
    je compte monter un bac de 180 litres en methode naturelle. Je suis de la réunion donc je peux choper du sable de rivière et de la pouzzolane en quantité pour faire une petite montagne qui sors du bac.
    Question, comment fixer vous les plantes sur la pouzzolane ? L’eau doit elle couler en permanance ? Rajoutez vous du substrat sur la pouzzollane ?
    Merci pour vos réponse ?

    • Quelle chance de pouvoir faire un bac avec du substrat réunionnais !
      Voilà ma méthode, à adapter selon votre manière de faire :
      – j’ai collé les blocs de pouzzolane avec de la silicone spéciale aquarium jusqu’à avoir une zone émergée.
      – j’ai simplement posé et calé des petites boutures ou mini-plantes dans les blocs de pouzzolane.
      – une petite pompe de circulation fait circuler un peu d’eau 15 minutes toutes les 2 h. C’est suffisant pour que la pouzzolane reste continuellement humide. Du coup les plantes développent de nombreuses racines et s’accrochent durablement sur le support. Naturellement. D’ailleurs c’est sympa car on voit les racines qui progressent sous l’eau par endroit.
      – Non, aucun substrat supplémentaire sur la pouzzolane. Le but est que les plantes se nourrissent des déchets azotés émis par les poissons. Au pire je conserve une petite partie des mottes de terre mais souvent je rince bien les plantes avant des les installer, en racines nues donc. Le côté sympa c’est que dès qu’on nous offre une petite plante, elle va trouver sa place dans le bac !
      – Enfin, je pense reprendre tout ça prochainement en construisant plutôt une structure suspendue sur les bords du bac plutôt qu’une montagne montant du fond car celle-ci consomme quand même une grande partie de l’espace du bac et je trouve ça dommage (et c’est très lourd en poids).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *