Fourmilière version 3

Pourquoi une nouvelle (3ème) fourmilière pour mes Messor structor ?

  • Parce que les fourmis commençaient à être un peu à l’étroit.
  • Parce qu’elles avaient commencé à creuser le plâtre.
  • Parce que les loges de ce nid n’étaient pas très bien conçues, beaucoup trop grandes et peu nombreuses. Et le fait de les avoir disposées à 360° pour optimiser l’espace du cylindre, ne permettait pas au final d’avoir une vue d’ensemble sur le nid sans le déplacer.

Concept

Cette nouvelle fourmilière a aussi été l’occasion de réfléchir à un concept beaucoup plus simple que le précédent. Je cherchais un modèle facile à construire, en un ou deux moulages au plâtre seulement, tout en conservant la possibilité de créer un gradient d’humidité pour cette espèce de fourmis qui est assez exigeante (Messor).

Le concept simple : le nid est moulé en plâtre sur 1/3 de la surface du cylindre en prenant soin de réaliser un maximum de loges beaucoup plus larges que hautes, et peu profondes pour favoriser l’observation. L’air de récolte, en plâtre également vient ensuite fermer la cuve. L’essentiel du volume est alors occupé par un grand réservoir que l’on peut remplir partiellement d’eau grâce à une ouverture dans l’aire de récolte supérieure. L’eau peut alors diffuser par capillarité depuis la base du nid vers le haut (plus sec).

Concept fourmilière v3

Fabrication

Même si ce nouveau nid est plus simple, il a néanmoins nécessité de nombreuses étapes de modelage, plâtrage, démoulage, décoration, remontage et finitions (voir vidéo)… Voici les étapes :

  1. Modelage des galeries directement dans le cylindre en verre avec de la pâte à modeler.
  2. Coulage du plâtre sur le modelage.
  3. Démoulage.
  4. Nettoyage des galeries.
  5. Décoration avec peinture à l’eau.
  6. Séchage, remontage.
  7. Découpage de supports en polystyrène pour l’aire de récolte
  8. Plâtrage de l’aire de récolte (note : il ne faut surtout pas mouler cette partie, j’ai fait une triste expérience en explosant un cylindre en verre car le plâtre gonfle quand il prend, c’est en forgeant…).
  9. Décoration finale (peinture à l’eau).
  10. Ajout de l’anti-évasion : du simple talc tamponné sur le verre.
Étapes de fabrication

Déménagement de la colonie depuis l’ancien nid vers le nouveau

Transférer la colonie depuis l’ancien nid (V2) vers le nouveau a été très intéressant. J’avais déjà tenté l’expérience une fois avec des Crematogaster. L’idée assez simple est la suivante : il s’agit de faire en sorte que le nouveau nid présente des conditions de vie plus agréables pour les fourmis que l’ancienne fourmilière. Pour des Messor, qui apprécient l’humidité et n’aiment pas la lumière, j’ai donc laissé sécher l’ancien nid (pas d’arrosage pendant plusieurs semaines) et j’ai exposé toutes les loges à une lumière assez intense pendant quelques heures. Le résultat ne s’est pas fait attendre, les ouvrières ont rapidement déplacé l’ensemble du couvain, du grenier de graines ainsi que la reine vers le nouveau nid (maintenu humide et à l’obscurité).

Plus grande, plus haute (30 x 30 cm au lieu de 25 x 20), à peu près 20 l au lieu de 10 l, cette nouvelle fourmilière version 3 est pour le moment un succès. Comme imaginé et attendu, la reine et le couvain logent au plus profond dans la zone de plus forte humidité, alors que le grenier à graines est installé comme convenu au sec par les ouvrières, au plus près de la surface.

5 1 vote
Évaluation de l'article
Suivre !
Me notifier des
guest
2 Commentaires
plus récents
plus anciens
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires.
Yohann

Bonjour, je trouve ton travail remarquable. J’ai une colonie de Messor Barbarus et je souhaite me lancer dans la construction d’un nid. J’aurais souhaité savoir quel platre tu utilise ? Merci pour ton blog ! Il est passionnant ! Au plaisir de te lire ! Cordialement Yohann

2
0
Une question ? Un commentaire ? N'hésitez pas !x
()
x