Fabrication d’une fourmilière pour fourmis moissonneuses version 2

Aujourd’hui je vous présente une nouvelle version de fourmilière pour fourmis moissonneuses (ou Messor). Ce nouveau nid reprend exactement le concept développé dans ce précédent article, à savoir la création d’une zone sèche pour le stockage des graines et d’une zone humide pour les loges dédiées à la reine et au couvain.

Attention, pour les fans de fourmis : La fabrication de cette fourmilière est délicate et nécessite de bien connaitre le travail du plâtre. Je déconseille fortement de commencer par un tel projet. Préférez un nid simple tel que décrit ici.

Pourquoi ce nouveau modèle de fourmilière ?

Il s’agit ici d’améliorer significativement la version précédente sur 2 points :

  • 1/ Un meilleur système  d’anti-évasion pour fourmis, plus simple, plus efficace, plus facile à entretenir (un cylindre en verre). Le système en aquarium avait pour grand défaut de posséder des coins. Ceux-ci sont en général rapidement identifiés et exploités par les fourmis comme chemin de fuite. Il est difficile d’y mettre un produit anti-évasion. De plus, le support de couvercle servant aussi de renfort était assez disgracieux.

  • 2/ Un plus joli design. J’ai de temps en temps l’occasion de présenter mes fourmilières lors d’ateliers et de conférences, j’avais donc besoin d’un système simple, pédagogique et épuré visuellement. De plus cette nouvelle version peut plus facilement s’intégrer dans le salon car elle a un look sympa !

Le concept en schéma

Parce qu’un petit schéma est beaucoup plus efficace que des mots pour poser les idées, en voici même deux :

Détails de la fabrication

La matériel est simple : un cylindre en verre (vendu en tant qu’aquarium en jardinerie pour quelques euros, mais d’un volume bien trop petit pour cette finalité hélas), du plâtre, un morceau de tube PVC 32 mm…

Comme je l’ai indiqué en début d’article, la construction d’une telle fourmilière est délicate. Il faut bien connaitre la technique du gâchage de plâtre avant de se lancer. Ensuite, la principale difficulté est que le moulage se découpe en 6 étapes. Ces étapes sont nécessaires pour créer les 2 zones basse et haute (humide et sèche) et pouvoir démouler progressivement les pièces. En résumé, le nid est moulé en 4 pièces, puis on les assemble (5ème étape), puis on coule l’aire de récolte par dessus.

 

Pour éviter les blablas inutiles, voici une vidéo complète montrant la plupart des détails de la construction de cette fourmilière dans un cylindre en verre :

A noter un détail important dans ce concept de nid humide / sec : les pièces en plâtre sont séparées par un film plastique (découpé dans de la pochette transparente). Ceci a pour but d’assurer une rupture de conduction de l’eau par capillarité du plâtre entre les différents éléments.

 

Est-ce que ça fonctionne ce genre de fourmilière ?

Même si la construction est plutôt complexe, oui au final ça fonctionne car la population de cette colonie a plus que doublé en 3 mois !

De plus, le concept « zone sèche / zone humide », fonctionne très bien : les fourmis moissonneuses stockent leurs graines en surface (zone sèche) et la reine et les œufs sont installés en profondeur (zone humide). Elles font ainsi dans la nature pour éviter que leur stock de graines ne se détériore (moisissure ou graines qui germent) et pour garantir à la reine et aux œufs des conditions favorables bien humides.

Je termine cet article par une dernière vidéo montrant le stockage d’akènes de pissenlit sous forme d’un grenier au sec et illustrant par la même occasion la capacité « moissonneuse » de cette espèce (Messor) !

43 réflexions sur “Fabrication d’une fourmilière pour fourmis moissonneuses version 2

  • 2021-07-18 à 14:35
    Permalien

    Bonjour et merci pour votre blogue très instructif ! J’ai acheté à ma fille un kit fourmilliaire composé de bac de 10×10 relié par un tube. L’un est rempli à moitié d’agar agar de sucre et d’eau (l’ensemble est gélifié) et l’autre est un labyrinthe servant de zone de chasse avec une petite trappe d’accès. Est-ce que c’est viable pour tenter un élevage? Par avance merci !

    Répondre
    • 2021-09-21 à 20:55
      Permalien

      Non, ce genre de produit permet seulement d’observer des ouvrières qui vont creuser quelques galeries puis mourir. Si vous avez une reine, cela va durer plus longtemps mais ce genre d’habitat n’est pas du tout fait pour du long terme, c’est seulement ludique pour les enfants.

      Répondre
  • 2020-11-25 à 12:32
    Permalien

    Bonjour, le plâtre ne fini pas par moisir avec le temps ?
    sinon, super chouette comme tuto !

    Répondre
    • 2020-11-25 à 13:45
      Permalien

      Merci. Avec le plâtre, le problème n’a jamais été la moisissure pour moi, mais le fait que les grosses colonies de Messor finissent par le creuser. Avec ma colo de 6 ans, ça ne leur a pris que 6 mois ! Je vais tenter prochainement le mortier.

      Répondre
  • 2019-10-27 à 12:38
    Permalien

    Bonjour, je me demande si on peut substituer la pâte à modeler par du fondant pour pâtisserie, pour tartes.
    Et comme ça elles creuseront elles-même les caves.
    Merci

    Répondre
    • 2019-11-25 à 16:44
      Permalien

      Je ne connais pas le fondant mais ça sonne comestible et périssable donc je suis septique.

      Répondre
  • 2019-08-13 à 22:54
    Permalien

    Bonjour. Super tuto mais j’ai une question. Les fourmis peuvent elles creuser le plâtre et donc aller dans la réserve d’eau puis se noyer ?
    Bien cordialement.

    Répondre
    • 2019-08-21 à 09:43
      Permalien

      C’est certain, les fourmis creusent le plâtre. Mais il leur faut beaucoup de temps. Au plus court j’ai pu observer un petit tunnel de 1 cm creusé au bout de 2-3 ans. Ça laisse largement le temps de réfléchir à un nouveau nid, car dans ce même temps, quand tout va bien, la colonie doit largement gagner en effectif et être un peu à l’étroit.

      Répondre
  • 2019-08-02 à 08:06
    Permalien

    Sorry mate but it would be easier if you have us better description on what you use like that white bin and the size of the cylinder tank and where to get it

    Répondre
    • 2019-08-21 à 09:38
      Permalien

      Hello,
      I use just plaster (name : « de Paris »). The white bin you are talking about is maybe just the small plastic container that helps to limiting the plaster flow. Is use it in order to let a wide empty volume at the center of the nest. By doing this I save weight and also make the water tank inside.
      Concerning the glass cylinder, it is 25 cm diameter and 30 cm height. It is easy to find such tank in garden markets or on the Web. This is an example : LINK
      Note : this ant nest is hard to build. I have recently made a new one, also in a glass cylinder, but in a far more simple way. I will publish a new topic soon.

      Répondre
  • 2019-06-17 à 00:57
    Permalien

    Bonjour, super tuto mais pour info le verre s’est fendu pour ma part lors de la coulée finale du couvercle… donc un conseil : faites une toute petite épaisseur.

    Répondre
    • 2019-06-23 à 17:07
      Permalien

      Aïe ! En effet le plâtre se dilate un peu quand il prend, il faut faire attention à ce qu’il n’exerce pas une pression trop forte sur le verre. Ca m’est arrivée une fois aussi de casser un récipient en verre à la toute-fin !

      Répondre
  • 2019-03-02 à 12:11
    Permalien

    Rebonjour, finalement j’ai opté, afin de pouvoir visualiser au mieux le niveau d’eau, de créer des pieds sur les deux demi moules du fond en les limant à intervalles et ainsi créer par la même occasion donc des mèches de 10 mm d’hauteur. Le résultat est pas mal !

    J’aurais par contre deux petites questions…
    1/ puis-je couler l’ ADF en une seule partie sans risquer de casser le vase ou vaut-il mieux le faire en deux étapes ?
    2/ Je compte dans un premier temps laisser la fondation en tube dans l’ADF afin qu’elle soit assez populeuse pour la taille de nid. A partir de combien d’individus puis les installer dans le nid ? 50 ? 100 ?

    Cordialement Christophe

    Répondre
    • 2019-05-12 à 20:30
      Permalien

      1/ Il vaut mieux couler en plusieurs fois. J’ai déjà cassé des contenants en voulant faire trop vite hélas.
      2/ Je dirais que le bon moment idéal c’est quand elles semblent à l’étroit dans le tube. Là aussi, plusieurs fois impatient, j’ai alors vu que si on installe une colonie trop tôt dans un nid, il faut beaucoup plus de temps pour qu’elle se développe. De plus, un petit effectif n’utilisera qu’un tout petit volume de la fourmilière, quitte même à boucher certaines parties pour limiter l’espace !

      Répondre
  • 2019-01-30 à 22:43
    Permalien

    Bonjour,
    tout d’abord félicitation pour ce nid qui en jette !
    Pour ce qui est de l’humidification du nid il faut avoir de l’expérience car impossible de voir le niveau d’eau et ne pas noyer les chambres du fond … Je pensais alors élever le premier niveau d’un centimètre de façon à voir le niveau d’eau. Il faut que je teste en coulant les éléments du bas avec des mèches ( idéal mais ça risque d’être chaud …) ou les poser sur des cales tout simplement …
    Quand pensez vous ?

    Répondre
    • 2019-01-31 à 10:36
      Permalien

      En effet, il manque un indicateur de niveau. Tout surélever est une idée, sinon on peut aussi imaginer simplement une petite ouverture verticale sur quelques centimètres de hauteur pour pouvoir observer le niveau d’eau.

      Répondre
  • 2018-11-16 à 06:57
    Permalien

    Bonjours,
    Superbe nid, combien d’eau doit t’on mettre au fond ??

    Répondre
    • 2019-01-10 à 10:04
      Permalien

      Je dirais : une certaine quantité ! En fait, il faut ajuster en fonction des besoins. Il faut observer le nid et les fourmis régulièrement pour « mesurer » la chose.

      Répondre
  • 2018-11-03 à 10:47
    Permalien

    Bonjour, j’ai fais un nid en plâtre pour des Messor Barbarus. Mais ce que je n’ai pas vraiment compris c’est le concept de l’humidité, car quand je met l’eau dans le réservoir le plâtre absorbe toute l’eau. Et aussi j’ai un soucis au bout de quelques jours, de la moisissure commence à ce former. Est ce que vous pourriez m’éclairer sur ces sujets, j’ai sûrement mal fait quelque chose?

    Répondre
    • 2019-01-10 à 10:01
      Permalien

      Il ne faut pas que tout le nid s’imprègne d’eau. C’est ça la difficulté avec les Messors. Il leur faut un coin sec. Dans mon exemple j’ai séparé la base du nid (humide) de la partie haute (sèche) par un film en plastique. Du coup les Messors font leurs greniers à graines au sec dans la partie supérieure et elles vivent en bas, dans la partie humide. Mais ce n’est pas un nid facile à fabriquer. Le mieux pour commencer et de fabriquer un nid à plat. Il peut y avoir à l’occasion un peu de moisissures mais les fourmis s’occupent de nettoyer elles-même leur nid en général.

      Répondre
  • 2018-09-19 à 07:45
    Permalien

    Bonjour,
    Je trouve l’article très intéressant et l’idée très séduisante.

    Cependant je n’ai aucune expérience dans la construction de nid mais à force de lecture, j’ai la réflexion suivante : est-il possible d’éliminer la séparation avec la feuille en plastique entre l’étage du bas et du haut en hydrofugeant la partie haute pour le stockage des graines.

    Penses-tu qu’il est possible de couler une plus grande surface (ou bien même en un bloc) et de mettre de l’eau chaude au contact du verre uniquement pour décoller le plâtre du verre.

    En te remerciant par avance.

    Répondre
    • 2019-01-10 à 09:36
      Permalien

      Je pense, comme toujours, qu’il faut tester pour savoir ! 😉 Tout ça me semble une bonne idée. Mais c’est pas simple. J’ai tenté récemment de faire un nouveau nid de ce type dans un récipient en verre plutôt cubique, celui-ci a explosé au séchage du plâtre… Donc, je n’ai pas de recette magique. Le système est certainement améliorable en effet.

      Répondre
  • 2018-08-21 à 15:56
    Permalien

    Bonjour , j’ai beau chercher je ne trouve pas se cylindre en verre j’aimerai beaucoup avoir un lien ou un truc pour le retrouver merci d’avance et superbe fourmilière.

    Répondre
    • 2018-08-31 à 10:55
      Permalien

      Étrange, pourtant c’est facile 😉 : LIEN, et j’en ai vu chez Jardiland et Animalis.

      Répondre
  • 2018-08-17 à 17:57
    Permalien

    Bonjours j’aimerais savoir si les messors creusent le plâtre ou si elle en sont incapables merci.

    Répondre
    • 2018-08-31 à 10:46
      Permalien

      Oui elles peuvent le creuser. Mais il faut qu’elles en sentent le besoin (nid qui ne leur convient pas ou plus). Pour ma part je ne l’ai que très rarement vu, et elles avaient arrêté spontanément.

      Répondre
  • 2018-07-19 à 00:24
    Permalien

    Bonjour je vais moi même effectuer un nid du même genre, cependant celui-ci sera bien plus petit. Je pense utiliser du plâtre et du ciment blanc (50/50), qu’en pensez vous, avez vous déjà essayé ?
    J’ai déjà effectué un essai, mais malheureusement l’épaisseur était un peu trop juste (profondeur des chambre insuffisante).
    Mon mélange était 4 doses de ciment blanc pour deux doses de plâtre, essayant d’avoir un juste milieu pour la viscosité.

    Dernière question, utilisé vous de l’huile ou tout produit facilitant le démoulage, afin d’éviter les conneries. Comme de l’huile d’olive, appliqué juste après le négatif ?
    Merci d’avance pour vos réponses cordialement Amdu.

    Répondre
    • 2018-08-31 à 10:37
      Permalien

      Mélanger ciment et plâtre est à tenter oui. Je n’ai jamais essayer. Il est vrai que les messor peuvent creuser le plâtre, peut-être est-ce alors une solution.
      Je n’ai pas utilisé d’huile pour mes démoulages, pas de souci rencontré. L’idée que l’huile s’imprègne dans le moulage et qu’elle rancisse ensuite de m’emballe guère.

      Répondre
  • 2018-05-11 à 17:21
    Permalien

    Bonjour j’aime beaucoup ce que vous faites, j’aurais quelque questions à vous poser :quels sont les matériaux qu’il faut utiliser qui ne soit pas nocif pour les fourmis? Quel plâtre utilisé ? Quelle colle utilisée ? Bien entendu des matériaux non toxique pour les fourmis, merci par avance de votre réponse au plaisir De vous lire
    cordialement
    Will

    Répondre
    • 2018-05-12 à 13:41
      Permalien

      J’utilise depuis toujours : plâtre (de base), verre et plastique. Aucun besoin de colle. Et mes fourmis ne se plaignent pas 🙂

      Répondre
      • 2018-05-12 à 13:47
        Permalien

        Merci pour votre réponse mais avez-vous une marque à me conseiller qu’est-ce que vous appelez du plâtre de base? celui qu’on achète à Castorama ou le plâtre résine à culture ?

        Répondre
        • 2018-05-12 à 16:31
          Permalien

          Je parle du plâtre que l’on trouve dans tous les magasins de bricolages.
          Mais si vous avez des idées, expérimentez par vous-même, c’est la clef de la réussite 🙂

          Répondre
  • 2018-04-05 à 12:59
    Permalien

    Bonjour
    combien il faut remplir avec l’eau et à quelle fréquence ?
    genre une fois par semaine, par mois et…

    merci

    Répondre
    • 2018-05-12 à 13:30
      Permalien

      Je dirais : ça dépend !
      Il faut garder un œil sur le nid et intervenir quand nécessaire.
      Dans mon cas, tous les 1 à 2 mois.

      Répondre
  • 2018-02-28 à 11:56
    Permalien

    Bonjour et merci pour votre partage!
    Par contre je ne comprend pas comment l’eau ne s’infiltre par entre les 2 sections (jointure) des zones humide ?
    Super bricolage que je vais réalisé avec mon fils une fois le matériel réuni.

    Répondre
    • 2018-05-12 à 11:25
      Permalien

      Je découpe un fin film en plastique dans des pochettes transparentes pour séparer les 2 parties. Il doit forcément y avoir quelques infiltrations mais négligeables.

      Répondre
  • 2017-10-23 à 10:31
    Permalien

    Bonjour,

    Super nid, je pense que je vais m’en inspirer !
    J’ai deux questions:
    1- Ne faudrait-il pas mettre un bac en plastique dans le fond pour éviter un contact direct de l’eau avec le plâtre ?
    2- Comment procéder à un déménagement dans le futur ou un raccordement à un nid supplémentaire ? Ne faudrait-il pas un système de raccord ?

    Répondre
    • 2017-11-05 à 11:34
      Permalien

      1- Le principe de ce nid c’est justement l’inverse : utiliser la capillarité du plâtre pour conduire l’eau dans la partie basse du nid.
      2- Depuis longtemps j’évite tout système de raccord (à base de tube) dans mes fourmilières, car ce sont des cachettes pour la reine et autres. Le jour où il faudra déménager les fourmis (ce qui n’est pas prêt d’arriver), un simple petit pont en bois ou carton suffira pour connecter un nouveau nid (technique que j’utilise déjà).

      Répondre
  • 2017-10-14 à 17:44
    Permalien

    Bonjour, j’aimerais savoir si l’eau abîme le plâtre avec le temps.

    Répondre
    • 2017-10-15 à 14:13
      Permalien

      Probablement un peu mais pas suffisamment pour que sa nuise au nid. En tout cas je n’ai encore jamais rencontré ce genre de problème.

      Répondre
  • 2017-07-23 à 08:52
    Permalien

    Bonjour,
    Superbe fourmilière bravo !
    Je voudrais savoir combien de cm fait le diamètre du cylindre en verre ? merci

    Répondre
    • 2017-07-27 à 10:55
      Permalien

      Merci. Il fait dans les 25-30 cm de diamètre.

      Répondre
  • 2017-04-26 à 17:52
    Permalien

    Bonjour,

    Merci d’avoir pris le temps de partager votre réalisation.

    Ce nid donne vraiment très bien, l’idée de découper en plusieurs moulages est très astucieuse.

    Pour ajouter une petite touche déco, on peut jeter de petits cailloux dans le plâtre du dessus. Je trouve que cela rajoute un peu de relief.

    Encore bravo pour ce nid, ça m’a donné envie d’essayer un nid en plâtre au lieu du BC.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.