Démarrage d’un bac : fermentation, algues filamenteuses vertes,…

Petit bilan sur le démarrage d’un aquarium de 450 L :

  • avril : réception du bac / création du décor en polystyrène + mortier [VOIR l’ARTICLE] / fabrication du sol nutritif [VOIR L’ARTICLE]
  • mai : mise en eau avec une soixantaine de plantes à forte croissance (Vallisneria…)
  • juillet : premiers poissons (quelques Guppys)
  • aout : naissances d’alevins Guppys
  • septembre : population complète (les Guppys se sont reproduits + Tetra + Gouramis + Scalaires + Néons…)
  • octobre : nombreux poissons morts (scalaires, néons) en quelques heures suite au nettoyage un peu profond du sol de l’aquarium qui à libéré quelques bulles de méthane (entre autres). Les poissons touchés nagent bizarrement puis restent inanimés au fond de l’aquarium.
  • octobre / novembre : envahissement par des algues filamenteuses vertes.
  • novembre : technique du « black out » (une semaine de noir complet) sur l’aquarium pour lutter contre les algues filamenteuse + diminution de l’éclairage (2 tubes nature alumés / 2 tubes day éteints) + ajout de nombreuses plantes + ajout d’engrais « maison »
  • décembre : l’équilibre du bac semble se stabiliser : plantes avec une bonne croissance, très peu d’algues.

1#

La fabrication d’un sol maison [VOIR L’ARTICLE] présente de nombreux avantages mais il est important d’anticiper les phénomènes de fermentation des résidus de déchets végétaux qui restent dans la terre de bruyère, même après tamisage. Il faut prévoir un système de circulation de l’eau sous ce sol (système de drains) ou au moins installer des diffuseurs d’air. De plus, il faut régulièrement « remuer » le sol lors du nettoyage des graviers pour libérer les bulles des gaz (méthane) qui peuvent s’accumuler. Une libération brutale de méthane entraine la mort rapide de certains poissons : Néons, Scalaires… Il semble que les Guppys et les Barbus n’y soient pas (ou moins) sensibles

2#

Les algues filamenteuses vertes sont typiques d’un démarrage d’aquarium. D’après les spécialistes, elles apparaissent lorsque l’équilibre du bac est « presque » atteint, ce qui est un signe encourageant. En revanche, elles peuvent devenir rapidement envahissantes par moment. Pour ma part et comme beaucoup, elles sont arrivées avec un lot de plantes acheté auprès d’un aquariophile amateur. Après de nombreuses recherches sur Internet, il n’existe pas de solution de miracle. Dans le cas présent, les algues vertes filamenteuses ont quasiment disparues en faisant les interventions suivantes :

  1. Technique du black-out. Aquarium dans le noir complet pendant 1 semaine (recouvert par des bâches noires). Suivi d’un nettoyage des algues et du sol et d’un changement de 50 % de l’eau. A la sortie du noir-total, les algues filamenteuses sembles inchangées mais dans les semaines qui suivent, elles arrêtent de croitre et de se multiplier et prennent une couleur foncée. Les étapes suivantes ont sans-doutes aussi un effet.
  2. Réduction de l’éclairage pendant 15 jours puis de temps en temps. Les bacs Juwel Rio 400 arrivent avec 4 tubes T5 avec deux températures de couleur différentes (qu’il faut compléter avec des réflecteurs pour multiplier par deux la quantité de lumière) : 2x « Day » (9000K = couleur froide favorisant les algues) + 2x « Nature » (4100 K = couleur chaude utilisée en horticulture). Théoriquement, éteindre les tubes « Day » doit limiter la croissance des algues. Difficile de conclure : les algues ont bien diminuées mais est-ce à cause de la quantité moindre de lumière ou à cause du changement de spectre de couleur ? ou les deux ? En tout cas c’est efficace.
  3. Planter. Les algues sont en concurrence avec les plantes dans un aquarium, elles consomment les mêmes choses. Donc le raisonnement est simple : plus un aquarium est planté, mois il y a d’algues. Le bac de 450 L présenté ici contient plus d’une centaine de plantes. Il ne faut pas hésiter à planter, marcoter, bouturer. On peut se procurer de nombreuses plantes pour quelques euros : par petites annonces (le bon coin) ou lors de promotions chez Zooplus.
  4. Fertiliser. Lorsqu’un aquarium contient beaucoup de plantes, il devient utile de les « engraisser » : cela assure une bonne croissance et donc une lutte efficace contre les algues. Cependant, les engrais du commerce sont plutôt onéreux. Là aussi, on trouve une recette sur le Net, la fameuse « Pokalgo ». Mais étant donné qu’on ne trouve pas facilement les composés dans le commerce voilà le principe général à addapter avec ce qu’on trouve : [VOIR L’ARTICLE].
  5. Nettoyer. L’entretient de l’aquarium est très efficace dans la lutte contre les algues. Chaque semaine : changement de 10 à 30 % du volume d’eau du bac. Nettoyage du sol et des algues résiduelles par siphonage et grattage.

Disparition des algues en 2 mois (voir la souche)

8 Comments
  1. Magnifique environnement en tout cas, ça donne envie de pouvoir mettre en place sa propre « cuve » ! Et merci de partager les informations et les solutions rencontrées pendant les premiers mois c’est bon à savoir ! 🙂

  2. bonjour

    j’ai le même soucis de fermentation dans mon bac. Qu’avez vous fait pour que cela cesse ? est-ce dangereux ?

    • Bonjour,

      En fait, je n’ai rien fait à part nettoyer le sol plus souvent avec une « cloche à aspirer », en remuant bien le gravier et en tapotant le fond j’ai vu s’échapper une grande quantité de bulles d’air qui ne traversaient pas le feutre seules (étrange). Le gaz sentait très fort (souffre).
      Je pense que le défaut de mon sol c’est de ne pas avoir été assez oxygéné. Si c’était à refaire j’installerais des drains sous le sol pour l’aérer.
      En tout cas, avec des nettoyages réguliers du sol, un bon « remuage » en gros ! et l’ajout de nombreuses plantes, je n’ai plus jamais eu de problème de fermentation dans l’aquarium.
      Il faut aérer le sol !
      Comme dans un composteur ce sont les bactéries anaérobies (qui n’ont pas besoin d’oxygène) qui se mettent à dégrader les divers déchets, si le sol est trop tassé. Et du coup, ça produit du méthane qui peut être toxique. En présence d’oxygène (sol aéré), il y a « respiration » des déchets et production de gaz carbonique au lieu de méthane, ce qui est très bon pour les plantes…

      Pour conclure, il y a des poissons que ça n’a jamais gêné : les Gouramis, certain Gupys…

  3. Bonjour,

    J’ai déjà utilisé l’antichlorose Bayer et le GHE en complément…
    Et tout comme Jérôme, l’eau de mon bac était teintée.
    J’ai donc arrêté son utilisation.
    Je souhaite à nouveau le réutiliser mais puis-je filtrer sur charbon actif afin d’absorber la coloration de cet engrais ?
    Ou, celui-ci va-t-il absorber les éléments utiles aux plantes ?

    • Etant donné qu’on utilise en général le charbon actif pour absorber tous les éléments chimiques indésirables d’un bac, je ne l’utiliserais pas dans ce cas là.
      Chez moi la coloration disparaissait au bout de 2-3 jours. Et pour ma part, je trouve que cette couleur « brun léger » est assez naturel.

  4. Merci pour la réponse !

    La coloration ambrée de l’eau ne me dérange pas.

    Mais l’antichlorose Bayer donne une couleur plutôt rougeâtre.

    Je vais réessayer en dosant plus faiblement…
    Je mettais 10 ml par semaine, pour un 450 L.
    Dosé à 25gr de Séquestrene pour 500 ml d’eau.

  5. Pingback: Gestion de l'eau au jardin : un bassin sans pompe ni filtre, c'est possible ! Plantez ! - BlogNature.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *