Faire un élevage de fourmis – Partie 1/2

Votre propre fourmilière à la maison ?

Pourquoi pas ! Si vous êtes curieux et patient c’est possible. Petit guide vulgarisé du débutant.

Tout d’abord, pourquoi élever des fourmis ? Réponse : pourquoi pas ! La fourmi est l’animal qui par rapport à sa taille est le plus extraordinaire dans ses comportements observables…

Etant donné que c’est une question que l’on me pose souvent, je vais expliquer ici comment faire pour démarrer un élevage de fourmis chez soi. Tout d’abord il faut retenir que la myrmécologie est plus facile que l’aquariophilie ! Élever des fourmis est bien plus simple que d’entretenir un aquarium. Alors laissez-vous tenter par les fourmis. Ces petits animaux ont des comportements fascinants à observer !

Attention : contrairement à ce qui semble simple et logique, il n’est pas possible de récupérer une fourmilière dans la nature, ni même une reine dans une fourmilière. Car en faisant ça on détruit l’équilibre établi par les fourmis avec leur environnement et la colonie meurt rapidement. De plus, quel intérêt de prélever une fourmilière dehors pour la mettre chez soi ? Le vrai « challenge » ici c’est de commencer par le commencement ! Il suffit de s’ouvrir à la nature pour être récompensé par celle-ci.

# 1 Pour commencer il vous faut une reine fourmi !

Info : Retenez que chaque fourmilière dans la nature possède une seule reine qui est la « mère » de toutes les fourmis de la colonie (comme chez les abeilles, leurs cousines). La reine pond des œufs toute sa vie (pendant plusieurs dizaines d’années). Ces œufs vont donner une grande quantité d’ouvrières (femelles stériles). Lorsque la colonie est mature, certains œufs vont donner des princes et des princesses : ces fourmis portent des ailes, elles vont s’envoler de la fourmilière lors de grands essaimages pour trouver un partenaire sexuel provenant d’une autre colonie éloignée (étant frères et sœurs, les princes et princesses d’une même colonie ne sont pas capables de s’accoupler ensemble). Mâle et femelle de fourmilières différentes s’accouplent donc en vol puis la nouvelle reine ainsi fécondée va se poser et chercher à « fonder » une nouvelle fourmilière (le mâle quant à lui meurt juste après l’ébat). Donc inutile de ramasser une fourmi ailée à la sortie d’une fourmilière, il n’y a aucune chance qu’elle soit fécondée !
Très important : on sait qu’une fourmi est reine (c’est-à-dire fécondée) que si elle s’arrache les ailes après s’être posée au sol. Elle n’en a plus besoin pour la suite de sa vie. A retenir pour la suite !

Il est très facile de trouver une reine fourmi !
Du printemps à l’automne voilà 4 techniques très simples et efficaces :

  • le soir, regardez au pied des sources de lumière isolées (cours, terrasses, places de village, parkings, trottoirs),
  • surveillez la surface de la piscine,
  • repérez les « fourmis volantes », ce qui est très fréquent, même en plein centre ville,
  • observez attentivement votre jardin. Si vous voyez plein de fourmis qui s’agitent, l’essaimage se prépare… Vous pouvez également trouver une reine qui cherche un endroit pour se cacher simplement sur une allée ou un chemin.
A retenir que le temps orageux (chaud et humide, avant ou après la pluie) est très propice aux essaimages de fourmis car les reines savent qu’il sera bien plus facile de creuser leur futur nid dans un sol humide.

Les 4 techniques ci-dessus, par temps d’orage l’été, font mouche (ou plutôt fourmi !) à tous les coups !

Astuce : toujours avoir une petite boîte sur soi ! Personnellement quand je n’ai pas de boîte j’emballe la fourmi dans une feuille d’arbre que je noue ensuite avec un brin d’herbe.

Important : si les reines ramassées doivent passer plusieurs heures dans cette boîte de récolte, il faut que celle-ci laisse passer l’air (quelques petits trous dans le couvercle) et qu’elle contienne un petit bout de coton ou de papier absorbant humidifié, sans quoi les fourmis ne tiendront pas longtemps.

Une reine fourmis

Une reine fourmis

A quoi ressemble une reine fourmi ?
Elle est plus « grosse » ! Et il faut savoir qu’une fourmi (qui est un insecte) possède un corps en trois parties : une tête, un thorax et un abdomen. Chaque partie fait 1/3 chez les ouvrières alors que chez les reines l’abdomen fait une bonne moitié de la fourmi !
Donc, on observe le sol à la quête d’une grosse fourmi, avec un « gros ventre », qui se balade toute seule. Si on en trouve une sans aile : bingo ! On a une reine entre les mains. Hop dans la boîte !

Si on en trouve une avec des ailes on peut aussi la ramasser (sauf à la sortie d’une fourmilière) : si elle est fécondée elle s’arrachera les ailes avec ses pattes dans les minutes, les heures ou les jours suivants.

A savoir : dans la nature chaque essaimage voit s’envoler des milliers de reines dont la plupart mourront. Seules quelques unes réussiront à fonder une colonie. Les obstacles sont très nombreux (oiseaux et lézards prédateurs, sols inappropriés, etc).

A savoir également : on estime à 200 le nombre d’espèces de fourmis en France.
Même si les reines que l’on trouve appartiennent souvent aux espèces les plus communes (ex : Lasius, Crématogaster, Messor, Mirmica…), on peut rencontrer de temps en temps des fourmis aux exigences biologiques très particulières qu’il sera impossible de garder en captivité.

 

# 2 Héberger la reine.

Il faut rapidement mettre la reine dans un endroit « tranquille » et humide qui va finalement simuler le nid qu’elle aurait pu se construire elle-même. Pour ça il y a une seule technique universelle : le tube !
Dans un tube mettez 2/3 d’eau, une boule de coton bien tassée (pour retenir l’eau), la reine, puis une deuxième boule de coton pas trop tassée (pour retenir la reine et faire passer l’air). Pas besoin de nourriture (cf. plus loin).
Où trouver un tube ? En supermarché : tube pour gousse de vanille. En animalerie : tuyau d’aquariophilie de gros diamètre (dont il faut plier un côté pour retenir l’eau). Sur internet : tubes de laboratoire en verre. C’est possible aussi de trouver des tubes en en parlant autour de vous…

Pensez aussi à noter la date de « fondation » sur le tube !

# 3 La fondation : Patience !

Une fois la reine dans son tube, on la laisse tranquille jusqu’au printemps suivant dans un endroit sombre et frais. Et oui, s’il faut une seule qualité pour réussir un élevage de fourmis, c’est la patience ! La reine n’a même pas besoin d’être nourrie.

On ouvrira le tube que lorsque les premières ouvrières seront nées !

Cependant, vous devriez rapidement voir apparaître un petit paquet d’œufs fraîchement pondus par la jeune reine. Elle va ensuite entretenir seule sa première ponte jusqu’à l’arrivée des premières ouvrières.

A savoir : dans la nature la reine creuse son nid souvent sous terre ou alors dans la tige creuse d’une plante (il y fait humide et tiède), puis va se reposer quelques jours ou semaines. Ensuite son abdomen « gonfle » et elle pond ses premiers œufs. Elle va en manger quelques-uns pour avoir des forces (elle se nourrit aussi de l’intérieur en consommant ses propres muscles qui lui servaient à mouvoir ses ailes). Lorsque les premières ouvrières apparaissent, elles partent en quête de nourriture et la « vraie » vie de la colonie démarre !

# 4 Les premières ouvrières sont là !

A la sortie de l’hiver, certains œufs vont donner des ouvrières. Celles-ci explorent naturellement les environs. C’est le moment d’ouvrir le tube et de le poser dans une « aire de récolte ». Celle-ci est simplement faite d’une boite en plastique aux bords lisses (boite de bombons, gâteaux, etc) sur lesquels on applique un peu de talc pour empêcher les fourmis de grimper ! Les bords de ce récipient ne doivent pas être trop hauts pour ne pas gêner l’observation. On peut disposer du sable ou du plâtre au fond de la boite pour faire un « sol ». Il faut éviter de déposer de la terre qui devient poussière rapidement.

Astuce : le talc est très peu onéreux et très pratique. Et il suffit d’en mettre un peu sur un coton et de tamponner les parois de la boite pour empêcher les évasions de fourmis ! C’est très efficace : ça rend les bords de la boite glissants !
Attention : il ne faut pas complètement ouvrir le tube mais ajouter un petit tuyau de 5 mm de diamètre (ceux utilisés pour les pompes à air d’aquarium) permettant aux fourmis de passer. On ménagera un espace dans le bouchon de coton pour y faire passer le tuyau. Les fourmis détestent le « grand air ».Dans la nature leur nid doit rester à l’abri des courants d’airs et surtout des prédateurs (essentiellement les autres espèces de fourmis).

Une alternative est de relier le tube d’élevage directement à une aire de récolte via un petit tuyau. Le problème c’est que parfois les fourmis préfèrent alors s’installer dans le petit tuyau plutôt que dans le tube…

# 5 Nourrir sa fourmilière avec parcimonie !

Mais qui est donc Parcimonie ? Les fourmis mangent beaucoup mais sont minuscules !

Tous les débutants veulent TROP nourrir leurs fourmis et l’aire de récolte ressemble alors à un dépotoir inutile !

Et surtout on a alors l’impression que les fourmis ne mangent rien. Dans la nature, les fourmis mangent ce qu’elles trouvent, c’est-à-dire un insecte de temps en temps, du miellat de puceron, les sécrétions des plantes, etc…

Donc, pour une colonie naissante, ce n’est pas la peine de donner de gros insectes bien gras. Quelques miettes suffisent.

Astuce : le moyen le plus simple de nourrir une colonie de fourmis est de laisser un morceau de sucre dans l’aire de récolte en permanence. Celui-ci pourra durer plusieurs mois, les fourmis se servant à volonté.

Important : Ce dont les fourmis ne doivent jamais manquer : de l’eau !

Il faut toujours une source d’eau pour la colonie. Au départ l’eau présente dans le tube d’élevage suffit puis il peut être utile ensuite de disposer dans l’aire de récolte un second tube (préparé de la même manière) qui servira uniquement d’abreuvoir.

Important : Il faut laisser la jeune colonie dans son tube tant qu’elle ne le remplit pas ! On ne construit une fourmilière que lorsque la colonie à une belle taille (à partir de 100-200 fourmis par exemple).

La reine ne se sentira pas apte à peupler une fourmilière tant que l’effectif en ouvrières sera limité. Quand on débute on veut tout de suite construire une fourmilière pour y mettre ses fourmis mais trop d’espace pour seulement quelques fourmis cela ne fonctionne pas ! Soit elles vont recréer un tout petit nid avec des débris pour se sentir « protéger » comme dans le tube d’élevage, en bouchant les espaces tout autour d’elles, soit la colonie va péricliter. Donc on laisse les fourmis dans leur tube tant qu’elles ne semblent pas à l’étroit.

Voilà pour cette première partie qui peut donc déjà vous occuper pendant presque une année. Si vous arrivez jusqu’à ce stade : une jolie petite fourmilière composée d’une reine, ses ouvrières et son couvain, vous pouvez alors lire la partie suivante.

50 Comments
  1. Re-bonsoir, j’ai 11 ans et je viens de vous poser pleins de questions en cette fin de journée à la fête des sciences.
    Je vous dit bravo pour ce site où j’ai retrouvé toutes les explications ! Y a plus qu’ à attendre l’ été prochain (dommage, à un mois prêt, ça aurait pu marcher !).
    Encore merci et à la prochaine fête de la science l’année prochaine, je l’espère, pour vous dire ou j’en suis !!!

    • Merci pour le bravo.
      Je te le retourne car ça fait plaisir de voir des jeunes qui s’intéressent à autre chose qu’à leur téléphone ou au foot 😉 La nature a de plus en plus besoin qu’on s’intéresse à elle.
      Concernant les fourmis, en effet il faut maintenant attendre la prochaine belle saison. Les essaimages commencent dès avril-mai si tu ouvres l’œil. Et il faut retenir que c’est très facile d’élever des fourmis mais que la clef du succès c’est la patience. En attendant, il y a aussi des choses sympa à faire l’hiver comme construire une mangeoire pour les oiseaux par exemple : LIEN
      A bientôt.

  2. Bonjour,

    Merci pour ces explications, elle me sont d’une grande utilité !
    A la base je cherchais des explications pour trouver un récipient dans lequel mettre des fourmis.
    J’ai 24 ans, et quand j’étais plus jeune, on avait des récipients assez plats où l’on mettait de la terre. Ce qui nous permettait de voir les galeries se créer.

    Avez vous d’autres informations pour favoriser la suivie de leurs évolutions?

    Encore merci,
    Karl

    • Construire une fourmilière sous une vitre comme expliqué dans mon article est vraiment idéal. Ensuite, par exemple, vous pouvez prendre régulièrement une photo de votre fourmilière pour pouvoir compter les fourmis.
      Ça vous permettra de faire un suivi précis de l’évolution de la population dans le temps. Dès les beaux jours, il faut attraper quelques insectes « bien gras » 🙂 pour booster la ponte de la reine !

  3. Super article et blog très intéressant! j’ai appris énormément de choses et ce n’est que le début, je crois!

    L’hiver dernier, nous avons ramenés du bois pour le feu qui été colonisé par des fourmis. Nous l’avons mis de côté et depuis, nous avons une colonie qui vient jusque dans la maison pour trouver sa nourriture. Comme tu le dis justement les fourmis sont des insectes aux comportements fascinants!

    Malgré quelques petits désagréments (confiture attaquée…) c’est un vrai plaisir de les avoir avec nous. Et maintenant avec toutes les explications données dans cet article, je vais pouvoir expliquer à mon fils comment elles vivent et fonctionnent en détail. Un grand merci et à bientôt!!

  4. Bonjour, je suis un ami d’Alexandre et c’est lui qui m’a fait découvrir l’élevage de fourmid ainsi que ton blog (je te félicite il est vraiment génial) et j aimerais savoir si tu peux me donner quelques conseils (taux d’humidité, alimentation et les particularité de l’ espèce si elle en a) sur l’élevage des fourmis Lasius foreli car j’ai une reine de cette espèce dans un tube, accompagnée d’une dizaine d ouvrières.

    Cordialement.

    • Bonjour,

      Je ne connais pas bien cette espèce non. Je n’élève que Crematogaster et Messors.
      Mais vu la petite taille de la colonie, tu peux les garder en tube un bon moment.
      En général, il faut garder les petites colonies en tube jusqu’à ce qu’elles atteignent un bon effectif d’ouvrières, genre 100-200 fourmis.
      L’intérêt du tube, c’est qu’il convient à la plupart des espèces, et surtout celles qui ont besoin d’humidité.
      Ensuite, la nourriture universelle pour les fourmis c’est un morceau de sucre déposé dans l’aire de récolte. L’eau elles la trouveront dans le tube.
      Tu peux leur donner un bout d’insecte mais vu qu’elles ne sont que 10 ça leur fera un bon moment, voire même il se peut qu’elles préfèrent le sucre.

      Ensuite, pour trouver des infos sur L foreli, je te conseille Le forum Myrmecofourmis. C’est un forum très réactif et sympa. Peut-être que tu le connais déjà.
      A+

    • Chez les fourmis tout est possible. Leur mode de reproduction peut être très complexe. Et on ne connait certainement pas tout encore. En revanche, dans le plupart des cas les ouvrières ne pondent pas d’œuf. Le principe de ces sociétés qui représentent le plus haut niveau de socialité animale, est que seule là ou les reines (là aussi plusieurs cas possibles) possède la fonction reproductive. Dans ce mécanisme, les ouvrières ne sont là que pour garantir que leur mère ainsi que leur sœurs (et frères) se développent bien.

  5. Bonjour le blog est vraiment super ! J’ai 13 ans et je voulais savoir si tu a déjà essayé d’élever des Lasius niger ? La myrmecologie commence vraiment à m’interresser mais souvent il est écrit que c’est trés simple de trouver une reine or je n’en voit jamais aucune.

    • L’élevage des Lasius niger est simple mais il y a une règle à respecter : la fourmilière doit toujours être humide. C’est pour cette raison que je me suis tourné vers les Crématogaster qui sont xérophiles (elles affectionnent la sécheresse).

  6. Super petit blog que voila, je me demandais, peut-on simplement laisser la boite utilisée comme aire de chasse sans un sol en platre ? Et parlant insectes mieux les vaut morts ( achetés en sachet ) ou vivant ou encore tué par nous mêmes donc fraichement décédé ?
    Merci pour ce blog qui va m’etre très utile pour me lancer dans une nouvelle belle aventure !
    Très cordialement,
    Crousty.

    • Oui, la plus simple des aire de chasse est une boite. L’intérêt du plâtre c’est que ça reproduit un « sol » dur dans lequel on peu incruster des petites pierres, des petits bout de bois, etc. Et ça « leste » aussi la boite ce qui évite des « drames » 🙂

      Pour les insectes, personnellement j’attrape dans un tube tout ce qui rentre dans ma maison (mouches, guêpes, araignées…) et je les passe 5 secondes au micro-onde pour les tuer. Car les espèces de fourmis que l’on peut élever en captivité sont rarement assez chasseuses pour tuer elles-mêmes les insectes !

  7. Bonjour,
    J’ai acheté pour l’anniversaire de mon fils un terrarium « le monde sous nos pieds », constitué d’une partie en gel et une partie rigide avec des couloirs prés formé, je voudrais savoir si cela peut être suffisant pour commencer une colonie avec une reine, ou si ce genre de terrarium ne peut accueillir que quelques fourmis indépendantes;
    Merci.

  8. Votre blog est très bien ! J’ai 11 an. Mais à chaque fois que je trouve une fourmi je la mets dans un tube et elle meurt, pourquoi ?

    • Une fourmi c’est un animal. Elle peut vivre plusieurs semaines sans manger mais seulement quelques jours sans boire. De plus une fourmi fait toujours partie d’une société très complexe. Si elle se trouve isolée trop longtemps de sa colonie, n’ayant plus d’activité précise, elle ne bouge plus et meurt.
      Enfin, si la fourmi ramassée est une reine, il ne suffit de la mettre dans un tube. Il faut bien respecter quelques-uns de ses besoins en lisant l’article ci-dessus.

  9. Bonjour

    Merci pour cet article. Je suis enseignante et je voulais me renseigner sur l’élevage de fourmis. Oui après avoir lu Bernard Werber, je suis fascinée par ces espèces. Mais c’était surtout dans le but de sensibiliser les nouvelles générations. Je pense qu’à la Réunion il n’y a pas de période pour chercher les reines non ?! Et dans ce cas, en combien de temps obtient-on des ouvrières ?

    Merci ^^

    • Je ne connais pas la physiologie des fourmis tropicales. Vous devez pouvoir trouver facilement des infos dans des bouquins ou sur des forums comme myrmecofourmis.com. Cependant, comme partout, ces fourmis doivent probablement « essaimer » de temps en temps et certainement en fonction du climat (saison sèche ? / saison humide ?). Pour les ouvrières c’est probable aussi que leur physiologie soit calé sur vos 2 saisons.

  10. Bonjour j’ai lu votre blog et j’ai trouvé ça très intéressant… mais j’ai une question : j’essaye de commencer un élevage de fourmis et je cherche des jeunes reines mais impossible d’en trouver.
    Es-ce qu’il y a une heure ou une technique pour trouver une reine et l’attraper ?

    Merci

    • On trouve des fourmis aillées d’avril à octobre, il faut regarder surtout le soir dans des endroits dégagés (terrasses, trottoirs au pied des lampadaires, piscines). Si le temps est orageux après des journées bien chaudes, c’est très favorable à l’apparition de fourmis volantes (potentielles reines) !

  11. Pingback: Les fourmis du Blognature sur France 2 ! - BlogNature.fr

  12. Pingback: Une fourmilière "évoluée" pour Messor barbarus - BlogNature.fr

  13. Bonjour,

    Merci pour votre article très complet et passionnant.

    Je voudrais réaliser un élevage de fourmis pour faire découvrir leur univers pour mes jumeaux de 5ans ( habitant à la campagne, ils sont fascinés par les petites bêtes 🙂 )

    Si j’ai bien tout compris, il est encore possible jusqu’à cet automne de trouver une reine, et il faudra que nous la gardions en tube jusqu’au printemps prochain. Dites moi si je me trompe, j’aimerais être bien être au point avant de commencer.

    Question matériel, quel taille de tube à essai utiliser-vous ?

    En vous remerciant, belle journée à vous.

    • Oui, il y a des essaimages encore. Par exemple, il va bientôt y avoir les Messor dans le SUD, ça ne devrait pas tarder avec les orages d’automne. En général elles sont des centaines au sol, faciles à voir car énormes !
      Pour les tubes, il faut seulement éviter les trop gros diamètres car les fourmis se « sentent mieux » dans des espaces à leur taille. Il m’est arrivé avec des tubes de 25 mm de diamètre de voir les fourmis s’installer dans le tuyau de sortie de 5 mm ! Les tubes contenant de la vanille conviennent très bien par exemple.

  14. Salut moi c’est Sacha j’ai 13 ans. Je voudrais me lancer dans la myrmécologie mais je n’ai pas l’équipement et ma mère ne voudra jamais le payer. Je suis dégoûté. J’adore les fourmis. Je regarde tous les forums à ce sujet pour apprendre.

    • Comme je l’explique dans mon article, il est possible de faire de la myrmécologie sans presque rien dépenser.
      Une tube suffit pour démarrer avec une reine et attendre qu’elle ponde. Ce n’est pas la peine de se lancer dans la création de grandes fourmilières avant d’avoir de nombreuses ouvrières dans le tube !
      Sur le forum myrmecofourmis.com, il est même possible de temps en temps d’avoir un don de reine en tube.
      Si tu as arrives à expliquer ta passion auprès de ta mère, ça m’étonnerait bien qu’elle y soit insensible…
      Idem en discutant avec un prof de bio, on peut souvent obtenir un tube en verre. 🙂

    • C’est très simple, il suffit de prendre un tube en verre, de le remplir d’eau au 3/4 et de le boucher avec un boule de coton. C’est tout.

    • Il ne faut pas prélever les fourmis directement dans des fourmilières existantes. En général ça ne fonctionne pas car la reine est isolée de son contexte naturel, de ses ouvrières, etc…
      Sans parler du fait qu’on abîme un peu la nature en faisant ça alors que le but c’est de faire un élevage un peu « naturel ».
      Pour démarrer l’élevage de fourmis il faut trouver des fourmis volantes, c’est facile et ça marche super bien ! Il va y avoir des fourmis volantes de maintenant jusqu’en octobre. Il faut juste ouvrir l’œil 😉

        • Une fourmi fécondée s’arraches les ailes dans les minutes, au pire les heures qui suivent. Donc c’est très facile de savoir si elle fécondée ou pas. Impossible de se tromper avec des mâles qui n’ont pas du tout la même morphologie (pas de gros abdomen et une petite tête).

  15. Bonjour je me suis lancé dans l’élevage de fourmis et j’ai eu un problème de moisissure qui a entraîné la mort de plus de 20 fourmis.
    C’était il y a 2 mois depuis j’ai donc totalement nettoyé et changé le tube car j’arrive pas à le laver.
    La ma reine pond mais c’est étrange, on dirai que les ouvrières ne sortent plus du tube. Elle a pondu il y a 1,5 mois environ, donc j’attends….
    Je vais suivre votre conseille et mettre du sucre au lieu de miel qui dure peu de temps vu les températures en ce moment.
    Auriez vous un conseil pour les fourmis vu la température en ce moment c’est compliqué de les garder à 25 degré.
    PS: j’ai des fourmis de type Lasius niger

    • Il est pratique parfois d’offrir 2 tubes aux fourmis : l’un pour le nid, l’autre pour l’abreuvoir, ça évite les moisissures. Pour la température, 25°C ne pose en général aucun problème donc je ne sais pas quoi vous dire. Enfin, des ouvrières qui ne sortent pas indique simplement qu’elles n’ont pas besoin de manger. Essayez un minuscule morceau de jambon blanc à l’occasion; elles devraient sortir !

  16. Bonjour, article très intéressant et utile.
    J’ai depuis peu trouvé une reine dans la nature. N’ayant pas d’autre contenant sur l’instant, je l’ai disposée dans un tupperware en plastique. J’ai veillé à mettre un coton humide sur le moment et fait quelques trous pour laisser passer l’air. Cependant je me retrouve maintenant avec une reine ayant pondu des œufs mais l’espace est très grand pour elle. Je voulais savoir s’il vallait mieux que je la laisse dans cette situation maintenant. 🙂

    • Je pense que si elle a pondu c’est que l’endroit lui convient. La difficulté du grand volume sera peut-être de le garder bien humide. Mais ça doit être possible de la laisser là. Cependant, si vous-vous procurez un tube vous pouvez ensuite y déplacer la reine facilement. Pour les œufs déjà pondus, ils se déplacent bien avec un pinceau très fin et humide. Ils adhèrent aux poils du pinceau puis au verre.

      • En réalité j’ai trouvé deux reines. Une a l’air de se porter bien, elle s’est callée entre une boule de coton et coin de la boite. L’autre par contre a toujours ses ailes, elle tourne dans la boite, elle a pas l’air sereine. Elle a pondu moins d’oeufs que l’autre… Je me demande comment cela se fait, si c’est normal, ou si je dois reagir

        • C’est curieux qu’une femelle ayant conservé ses ailes ponde. Elle se les arrache si elle est vraiment fécondée. Mais il est vrai que ça peut arriver qu’une reine conserve quelques temps une aile ou deux… Perso, j’installerais la reine qui « se porte bien » en tube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *