Les Erreurs à ne pas faire avec l’élevage de fourmis

Elever des fourmis c’est facile mais…

 

Voilà une dizaine d’année que je tente l’élevage de fourmis. Les nombreux échecs que j’ai subit m’ont permis de prendre un petit peu de recul et de vous donner la liste des erreurs typiques du myrmécologue débutant :

reine lasius niger

Une jeune reine

  • Collectionner les espèces : ceci est la plus grosse et la plus répandu des erreurs. Tous les débutant dans l’élevage de fourmis se ‘cherchent’ et s’oriente rapidement vers la collection des espèces de fourmis, et/ou dans la quête d’une espèce ‘exceptionnelle’ pour ensuite se faire mousser sur les forums. Il suffit de jeter un œil sur ‘Akolab’ ou ‘Acidformic’ pour s’en rendre compte.

Ceci conduit forcément à l’échec : chaque espèce à ses propres mœurs, son exigence en humidité, sa température d’élevage, sa nourriture et on est rapidement dépassé par toutes ces contraintes. C’est la meilleur façon pour perdre des colonies entières. De plus, posséder une seule colonie est largement suffisant pour observer des comportements intéressant vu la patience nécessaire pour y parvenir. Je vous déconseille par exemple les espèces « évoluées » telles que les grosses Formica, les Camponotus, certes impressionnantes par leur tailles mais très difficiles à maintenir !

  • L’eau : si vous possédez une espèce qui à besoin d’une humidité certaine et constante, il ne faut toujours éviter la sécheresse. Une semaine sans eau du tout peut détruire une colonie de Lasius niger pourtant réputées pour être faciles ! Dans l’autre sens, trop d’eau gêne les fourmis, favorise le développement de condensation (noyades) et de moisissures (dégradation du nid). Je vous conseil l’élevage des Crématogaster scutellaris, ICI qui sont xérophiles, ce qui supprime les contraintes d’humidité du nid.
  • Trop les nourrir : il faut savoir que même si les fourmis mangent beaucoup cela reste relativement très peu. Une mouche peut par exemple contenter une fourmilière de 200 bêtes pour 2 – 3 jours. Cela va d’ailleurs les occuper une bonne partie de la journée pour la découper. La nourriture ne doit jamais s’accumuler dans l’air de chasse / récolte. Il suffit simplement d’observer la taille des abdomens de vos fourmis pour savoir si elles ont faim ou pas. Dans la nature, les fourmis ‘chassent’ toute la journée en quête de nourriture. Pour observer les comportements les plus remarquable en captivité (recrutement, découpage, transport…), il ne faut les nourrir que de temps en temps et avec de la nourriture fraiche et naturelle (insectes, liquide sucrés, etc…). Il est possible de laisser quelque part une petite source de nourriture permanente (par exemple un mélange de miel et de farine), par sécurité. Mais l’apport de proies fraîches garantie la bonne santé de la colonie.
  • Construire des nids continuellement : cette erreur n’est pas forcément nuisible aux fourmis mais il est clair que lorsqu’on débute, on passe un temps incroyable dans la construction de fourmilières toujours plus perfectionnées, pour finalement se rendre compte que les constructions les plus simples sont les meilleures. Là aussi les forums grouillent de plusieurs milliers de sujets sur la construction du nid ‘idéal’. Mais il n’y a pas de nid artificiel idéal. Le nid qui convient le mieux à une espèce est celui dans lequel elle vit dehors ! En captivité, il faut faire des compromis à la fois sur l’espèce que l’on veut élever et le type de nid. Là où ça devient nuisible c’est quand on force sans cesses les fourmis à déménager vers un nouveau nid !
27 Comments
  1. Je vais me lancer bientôt dans l’élevage de fourmis noires. C’est très simple : Je cherche une future reine dans la nature (fourmi avec des ailes) et je prends un tube à essai avec au fond de l’eau et un coton serré pour empêcher l’eau de sortir ! Ensuite je met la future reine dans le compartiment sec, puis je bouche le tube avec encore un coton serré. Quand les petits naissent, tu places un tube ouvert au bout, pour que les ouvrières puissent sortir dans un bac qui contient un bouchon d’eau et de la nourriture. La reine reste dans le tube ! Par la suite, tu prends un autre bac comme aire de chasse, que tu relies au 1er bac de départ. Sur le bord des 2 bacs, en haut, tu mets du beurre bien étalé ! Elles ne pourront pas sortir. Tu placeras désormais la nourriture dans le bac de chasse. Voila comment je vais faire. Et aussi je vais voir pour une lampe de bureau à mettre au dessus.

  2. Attention, dans les grandes lignes c’est ça, mais je déconseille fortement le beurre ! Soit il sèche, soit il ranci et bonjour les odeurs indésirables. Le plus simple pour éviter que les fourmis se sauvent, et vraiment pas cher, c’est de talquer les parois de ton bac. C’est propre et facile à faire par exemple avec un bout de coton aspergé de talc avec lequel tu tamponnes les parois.

  3. La collection des espèces je crois que tout bon débutant passe par là.
    Concernant la nourriture il y a une règle simple, leur en donner dès qu’il y’en a plus et c’est vrai qu’il faut préférer les petits apports réguliers aux gros apports plus éloignés.

    Je vois aussi que tu as choisi Dotclear , super ce moteur de blog non ?

    Au plaisir de te revoir sur http://www.myrmecofourmis.com.

    🙂

  4. En fait, pour la nourriture, l’idéal c’est un petit apport d’insecte régulier et un stock constant de sucre. Je laisse en permanence un carré de sucre roux dans l’aire de récolte. Il y a toujours quelques ouvrières dessus, comme vers l’abreuvoir.
    Concernant  Dotclear, c’est tout simplement un moteur de blog excellent, voire parfait !

  5. Bonjour à tous et particulièrement au propriétaire de ce blog,
    je ne connais absolument rien à ce genre d’élevage, je suis tombée dessus par hasard durant ma pause déjeuner et j’ai adoré lire les articles et les commentaires (très faciles à comprendre même pour les novices).
    un grand bravo et bonne continuation !!

  6. Cher tonton, je tenais à te dire que j’ai finalisé ma fourmilière artificielle et que j’ai une reine que j’ai attrapée et que j’ai mise en tube à essai. Elle a actuellement une vingtaine d’ouvrières mais je n’ai pas réussi à identifier son espèce. Je sais juste que c’est une fourmi marron et noir avec des bandes sur son abdomen.

  7. je viens de découvrir grâce au premier site que tu m’a conseillé que l’espèce de fourmi en question était une Lasius Legnetus

  8. Je ne sais pas si je l’ai déjà demandé mais quand la colonie s’agrandi et qu’on passe d’un tube à plus grand est-ce que c’est risqué de mettre la fourmilière dans une pièce non chauffée comme le garage ? Parce-que en cas d’evasion c’est quand meme moins risqué.

    • Le garage est une bonne idée. Mais peut-être un peu trop frais l’été.
      Les évasions restent très rares si on s’occupe bien de sa fourmilière.

    • Les fourmis sont des animaux dits à « sang froid ». Dans la nature c’est donc uniquement la chaleur du soleil qui les anime. Même si en générale la reine reste cachée au frais sous terre, les ouvrières déplacent les œufs sous une pierre ou branche baignée de soleil car plus ils ont chaud, plus les œufs se développent vite. Pour les fourmis en captivité il faut réussir à recréer cette idée. Donc un garage trop frais tout l’été ne conviendra pas.

  9. Bonjour, je voulais vous remercier pour tout ces conseils que vous donnez , grâce à vous j’ai réussi à faire mes « premiers pas » dans mon élevage! 😀
    voici mon parcour:
    Le 29 juin, lors du vol nuptial j’ai trouvé une reine fourmi
    et ensuite je l’ai mise comme il était conseillé dans un tube à essai puis le 13 août 2015 est apparu mes premières ouvrière donc j’ai vite construit les jours suivants une aire de chasse et là je commence à faire le plein de tout ce qui est sauterelle… j’en attrape plein dans un champ à côté de chez moi et après je les congèle pour cet hiver. Et donc aujourd’hui, le 20 août 2015, j’ai 15 fourmis ouvrières c’est une espèce que j’ai récolté dans mon jardin donc je crois que c’est une Lasius niger . Elle est toute noire. Encore merci!

    • Bravo pour cette expérience réussie ! En effet, beaucoup voire trop de gens croient qu’il est plus simple de récupérer directement une fourmilière dehors (ce qui ne fonctionne pas) ou d’acheter une colonie sur Internet (ce qui est sans intérêt). Alors que le plus simple et le plus gratifiant dans l’élevage de fourmis c’est de suivre la Nature comme vous l’avez fait et de partir d’une simple reine trouvée l’été !
      Il est fort probable que vous ayez une Lasius niger car elles sont très communes, mais aussi très prolifique !
      Faites attention à ne pas trop les nourrir et a respecter une pause fraîche pendant l’hiver. Ça évitera les maladie et garantira on longue espérance de vie pour votre colonie.

  10. Bonjour, je possède une jeune colonie de Lasius emarginatus et il semble qu’elles soient parasitées par quelque chose. Car certaines de mes ouvrières meurent rapidement, qu’est-ce que cela peut être ?

    • Difficile à dire. Il existe des acariens, visibles à la loupe.
      Après, je ne suis pas spécialiste en maladie de fourmi.
      Si vous pensez à un parasite c’est que vous avez écarté la faim, la soif, un nid abîmé ou toute autre modification récente de l’environnement de la fourmilière…qui peuvent être des causes de mortalité soudaine.

  11. D’accord merci je viens de régler le problème 🙂 elles avaient un manque en protéines car je ne savait pas à partir de quand je devais les nourrir avec des aliments solides 😉 merci beaucoup pour vos conseils

  12. Salut! J’ai, n’étant qu’un débutant, acheté un kit d’élevage de fourmis et maintenant je les ai depuis 3 semaines et 6 sur 7 ont déperies à cause de kamikazes, une trisomique qui après sa naissance marche sur le dos…Et des évasives! Ma gyne n’a pas pondu depuis son arrivée ( il y avait 2 larves ) et pourtant j’humidifie correctement et chauffe bien le nid!! ( c’est des Messor Barbarus) ^^ =D Pouvez-vous me dire pourquoi ma colonie est un peu « chelou »? Merci beaucoup!!¨

    • Très difficile de diagnostiquer cette situation.
      Je dirais que la solution se trouve lorsque j’explique que la myrmécologie c’est l’école de la patience et de la curiosité.
      Les fourmis ne sont pas des choses qu’on achète « en kit ».
      Ce sont des animaux avec des besoins d’animaux et un mode de vie bien précis.
      1/ on se documente
      2/ on cherche une reine dans la nature
      3/ on patiente et on apprend
      Voilà la seule bonne manière d’y arriver 😉

  13. Bonjour,
    J’ai capturé une gyne « fourmis rousses des bois »(avec les différentes espèces de cette catégorie Je n’ai pas pu l’identifier avec plus de précisions) malheureusement elle a quelques pattes cassées . Je l’ai placée en tube au calme , cet handicap pourrait-elle l’empêcher de fonder une colonie ?

  14. Je pense la relâcher après avoir constaté qu’il s’agit d’une espèce difficile à élever. De plus, elle réussi à se soigner par elle même, elle se déplace normalement dans son tube.

    • J’ajoute que les fourmis rousses (Normalement Formica rufa) sont protégées et qu’il est du coup interdit de les garder en captivité. La bonne idée serait, si elle pond et que cela donne ensuite des ouvrières, de la réimplanter dans la nature.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *